Nicolas Didier dit Didier Nicolas Ainé

NICOLAS Didier l’aîné, dit le Sourd. Fils et élève de Nicolas Antoine. Né à Mirecourt le 23-1-1757. Mort en cette ville en 1833. La production compte plusieurs milliers d’instruments que l’on doit diviser en deux catégories. La première comprend des œuvres personnelles rappelant le modèle Stradivari et portant une étiquette souvent signée à la plume près de l’âme. Les ouïes assez ouvertes dans le milieu. Vernis rouge brun. Ceux de la seconde catégorie sont d’une facture plus ordinaire, mais non à dédaigner, le vernis en est parfois jaunâtre. Ils furent construits par les ouvriers de Nicolas. Il en occupait plusieurs centaines travaillant à domicile. Il avait pris pour enseigne le titre « A la ville de Crémone  » marquée au feu à l’intérieur de ses instruments sauf Crémone orthographiée avec deux  »n ». Il fut le premier luthier de Mirecourt qui ait participé à une exposition (1802). Sa marque fut achetée et exploitée par Derazey, ensuite par P. Mougenot et aujourd’hui appartient à la Maison M. Laberte de Mirecourt. Ses violons sont cotés deux fois plus en Amérique qu’en France.

Biographies tirées du Dictionnaire Universel des Luthiers (René VANNES) et de La Lutherie Lorraine et Française (Albert JACQUOT)
  • Date de naissance : 23/01/1757
  • Date de décès : 1833